Blasphème, Belloubet sait très bien ce qu’elle fait.

Ne nous y trompons pas: de la religion, ces lâches accommodants n’ont strictement rien à faire. Ce qui les intéresse, ce sont les électeurs et les parts de marché qui vont avec.

vududroit.com/2020/01/blasphem

La Sécularisation en question, un bel ouvrage résumant 20 ans de recherche au gsrl (groupe société, religion, laïcité).


Appel commun de la LDH, de la Ligue de l’enseignement et de la Libre pensée, avec le soutien de plusieurs associations, syndicats et partis.
La laïcité est une ouverture et non un combat, ou si vous préférez, un rejet de l'autre.


frama.link/f7jPRHkg

En lisant cet article, je suis tombé de ma chaise. Comment un juriste, professeur de droit à Strasbourg et ayant fait de la philosophie peut-il avoir tort à ce point ?

Je n'ai la place que pour relever une énorme erreur : non, la laïcité ce n'est pas la séparation de l'Etat et de la religion ! Mais la séparation de l'Etat et de l'institution religieuse.

C'est le genre de bévue qui fait un tort considérable à la . A moins que ça ne soit volontaire ?

valeursactuelles.com/clubvaleu

Refuser l'accès à une résidence pour personnes âgées parce que le/la postulant/e porte un signe ostentatoire d'appartenance religieuse n'est pas une attitude laïque, mais laïciste, c'est-à-dire discriminatoire.

Les espaces publics et privés accueillent tout les citoyens, avec leurs différences vestimentaires. Seul les agents de l'Etat dans l'exercice de leurs fonctions doivent s'habiller de façon à ne pas montrer leur appartenance religieuse.


la-croix.com/Religion/Laicite/

Dans le silence ses medias main stream, une intervention sur la dans un colloque a été retirée à la suite de pressions discrètes de la part du rectorat et du Conseil des sages de la laïcité.
Le propos du conférencier Benjamin Farhat était pourtant modéré. Peut-être trop pour la "bien pensance" laïciste ?
Beaucoup ne comprennent pas que la laïcité n'est pas un combat...
streetpress.com/sujet/15735594

Xavier Bertrand propose d'inscrire la dans la constitution française.
Il dit qu'elle doit être érigée en "quatrième pilier" de la République.
Je demande alors : à quand le cinquième ? Serait-ce une course aux valeurs contre l'islam ?
Ce genre de formule est ridicule et n'aide en rien à mieux comprendre les enjeux de la laïcité comme possibilité d'accueil de l'autre avec sa différence.
La laïcité n'est pas une valeur, c'est un contexte socio-politique.

tinyurl.com/s4k98op

« Laïcité on t’aime, tu dois nous protéger. »

La marche contre l'islamophobie, ou plus justement contre la haine des musulmans, a été un grand succès pacifique de revendication républicaine et non communautaire.



humanite.fr/discrimination-lai

Petit tour d'horizon de la .

4- La laïcité : ce n'est pas un anti-cléricalisme, ni un communautarisme. C'est une ouverture sur l'autre, un espace permettant d'être-avec-l'autre, de l'accueillir sans remettre en cause ses croyances, mais sans non plus accepter d'emblée les siennes. Cet autre n'est pas une communauté, c'est un individu.
La laïcité n'est pas une option spirituelle parmi d'autres, c'est la possibilité de choisir une croyance ou aucune, dans le cadre de la loi républicaine.

Petit tout d'horizon de la .

3- La : il s'agit, en Europe et depuis au moins le féodalisme, de constituer un fief séculier. Ainsi l'Etat moderne naît en s'affranchissant progressivement de l'influence de l'Eglise (chrétienne).
La sécularisation est un phénomène historique qui se déroule sur le temps long et se manifeste par le progressif "retrait du divin". Les croyances religieuses s'amenuisent, les Eglises, Temples, Synagogues et autres se vident lentement.

Petit tour d'horizon de la .

2- La (principe anglais de ; ; ) : il s'agit là de la forme sociale religieuse comme paradigme de toute association humaine. Le lien politique s'inspire alors du lien religieux.
Toutefois, elle ne reste pas cantonnée à la religion comme institution. Il y a aussi du communautarisme économique, ou même alimentaire.
En somme, c'est une forme de rejet de l'autre comme différent pour rester entre soi.

Petit tour d'horizon de la .

1- Le laïcisme : c'est la posture dure du laïc qui adopte des attitudes verbales ou physiques anti-cléricales ou anti-religieuses. On dit aussi laïcard.
Le laïcard ne défend pas la laïcité, il combat la religion ou le religieux.

Deux exemples pour les deux attitudes :

= communautarisme.
Système anglo-saxon (et Belge entre autre) de configuration de la société en communautés pré-existantes qui trouvent une façon de coopérer au sein d'une structure commune, en général un Etat.
L'Etat protège la liberté de religion.

= citoyenneté.
Système d'origine française qui permet à chacun (chaque un) des membres de la société de partager un socle commun de valeurs, tout en conservant sa liberté de conscience.
L'Etat protège la liberte de conscience.

Tous les systèmes communautaristes dans le monde sont en crise (Angleterre. Belgique, Indes, etc).
A force de traiter l'habitant comme appartenant à telle ou telle catégorie (en général religieuse), on crée des tensions dues aux différences de droits entre des individus de différentes communautés dans un même Etat.
Si l'on accorde à chacun le statut de citoyen, avec égalité de droits et de devoirs dans un cadre de règles communes, on diminue les tensions.

, ,

Il se produit une lutte préoccupante entre la liberté de religion et la liberté de conscience.
La première permet de pratiquer librement sa religion, du moment qu'on en a une. C'est le principe de tolérance issu du monde anglo-saxon (toleration).
La seconde permet de pratiquer librement sa religion en respectant la neutralité de l'Etat, mais aussi de ne pas en avoir, voire même d'être athée.
C'est le principe de laïcité institué en France.

tinyurl.com/y5lrlx56

, ,

L'intégration est sur toutes les lèvres pour dénoncer les échecs de la République.
Mais, selon ce schéma, l'intégration c'est le communautarisme.
Est-ce une bonne chose ? Ne vaut-il pas mieux inclure ?

, , ,

Qu'est-ce que la ? Nous avons tous une réponse en tête. C'est presque toujours : la séparation des églises et de l’État.
Or, cette séparation est au cœur même du monde occidental, puisque l’Église chrétienne s'est constituée à côté de l’État romain, en tant qu’Église-État.
La séparation est donc le fond même de notre culture occidentale, séparation entre un État romain gérant l'empire et une Église chrétienne dont la volonté est de diriger l’État romain.
Cité des hommes et cité de Dieu.

Le coup d'éclat de Julien Odoul est tout bonnement la position habituelle du parti de Marine Le Pen.
C'est un refus du principe de et des principes républicains.
Dans la rue, nous pouvons nous habiller comme nous l'entendons et une mère peut être voilée en accompagnant une sortie scolaire.
Les seules limites à cela sont légales : nudité, provocation, dissimulation du visage (loi récente et liberticide), etc.
atlantico.fr/video/3580971/l-e

La a plusieurs sens, parfois contradictoires. Il faut bien savoir de quoi on parle. Une approche historique est toujours éclairante, même si elle ne répond pas à toutes les questions.
tube.kdy.ch/videos/watch/f91f9